Vous êtes curieux d’en savoir plus concernant les bienfaits de la cuisine japonaise sur la santé ? Il est vrai que les Japonais sont reconnus pour avoir un mode de vie sain. Cela tient en partie de la manière dont ils se nourrissent et pourtant, ils ne se privent pas. Ils auraient une espérance de vie plus importante qu’ailleurs et sont en général assez minces. Découvrez tous leurs secrets en lisant cet article.

Une cuisine riche en légumes et pauvre en chaire animale

Une des caractéristiques principales de la cuisine japonaise est la présence conséquente des légumes. Ceux-ci, ainsi que d’autres végétaux, composent plus des deux tiers de l’alimentation nippone. Le poisson arrive ensuite, mais se consomme généralement cru. Il se mange souvent sous la forme de sushis ou de sashimi. Enfin, la viande telle que la volaille ou la viande rouge se retrouve peu dans les assiettes. Une fois le menu décortiqué, on comprend facilement pourquoi la nourriture nippone est saine. Peu calorique grâce aux légumes, le régime est également riche en fibres et en vitamines. Cela entraîne une meilleure digestion et empêche la formation du mauvais cholestérol. A contrario, le régime occidental a tendance à favoriser la consommation de la viande. Sa cuisson est par ailleurs souvent grasse, tandis que les Japonais sont des adeptes de la cuisson vapeur pour leurs légumes et leurs poissons.

Le secret des aliments fermentés

Connaissez-vous le pouvoir des aliments fermentés ? En France, il nous arrive d’en consommer. C’est le cas des yaourts ou de la choucroute par exemple. Néanmoins, les Japonais ont un temps d’avance et ont su tirer profit de la fermentation pour leur santé. Il s’agit d’un processus de conservation des aliments qui se base sur la macération des aliments. Les organismes vivants tels que les bonnes bactéries (probiotiques) ne sont pas tués et prolifèrent. Ils sont reconnus pour faciliter la digestion. Parmi les spécialités fermentées les plus consommés, il y a la soupe miso et le natto (un mets à base de fèves de soja fermentées). Ce sont des plats riches en anti-oxydants et qui n’alourdissent pas l’estomac. De nombreuses études ont prouvé qu’un microbiote intestinal en bonne santé permet d’éviter l’apparition de maladies.

Le thé vert et l’eau, les boissons gagnantes

Un autre bienfait de la cuisine japonaise sur la santé repose sur l’importance de l’hydratation. En effet, la boisson fait partie intégrante de la cuisine et joue un rôle majeur au niveau de la digestion. Au Japon, on fait dans la simplicité. L’eau est bue en grande quantité, de préférence chaude à tiède pour ne pas brusquer le système digestif. Vient ensuite en seconde position le thé. Le pays du soleil levant est la terre du thé vert et les Japonais ont coutume d’en boire au quotidien. Ce thé contiendrait notamment du flavonol, qui agirait directement sur la graisse abdominale. Combiné à un régime alimentaire pauvre en graisses et riche en fibres, le gras n’a pas le temps de s’accumuler ! En somme, les boissons gazeuses bourrées de sucre et l’alcool sont peu présents au sein des foyers nippons.

Des produits frais et crus dans la cuisine nippone

La nourriture japonaise a su se préserver du phénomène de la nourriture industrielle qui s’est imposé ces dernières décennies partout dans le monde. Les Japonais ont donc gardé l’habitude de consommer des produits frais ou qui subissent le moins de transformation possible. Leur santé solide et leur espérance de vie plus importante que la moyenne occidentale pourraient résulter de cette habitude alimentaire. Ce n’est plus un secret pour personne, les produits industriels sont pour la majorité remplis de conservateurs et de sucre. En évitant ces produits et en privilégiant des aliments bruts, sains, riches en nutriments, les Asiatiques se font un véritable cadeau pour leur corps. S’ils ont envie de se faire plaisir et de grignoter quelque chose, ils se dirigeront volontiers vers des fruits secs par exemple. Au Japon, chaque aliment ingéré a un bienfait à apporter à l’organisme.

La cuisine japonaise, un art de vivre à part entière

Que ce soit au sein des foyers ou des restaurants japonais, on retrouve la fameuse pratique du « hara hachi bun ». Cela consiste à manger de façon modérée, à ne pas combler à 100 % cette faim pour ne pas surcharger l’estomac. La cuisine japonaise se caractérise donc par des petites portions présentes dans les assiettes. Les Asiatiques sacralisent également beaucoup le moment des repas. Pour eux, il est important de dîner dans le calme. Il s’agit presque d’une méditation de pleine conscience. Chaque personne se concentre sur le contenu de son assiette, prend le temps de mâcher correctement et apprécie ce qu’elle mange. Ainsi, cette reconnexion au moment présent permet de ressentir la satiété. On ne mange pas avec excès et on retrouve un certain confort digestif.